Les valeurs

Les valeurs communes de la Franc-maçonnerie

Les grands principes que l’on retrouve aujourd’hui dans les Chartes de droits de la personne des pays démocratiques, ont été des valeurs révolutionnaires dans le passé, essentiellement soutenues par des esprits progressistes, parmi lesquels il y avait plusieurs francs-maçons.

De tous temps, la franc-maçonnerie a lutté contre le fanatisme religieux ou politique qui impose par la force des vérités dites absolues. Tolérer ne veut pas dire être indifférent, mais comprendre et accepter que d’autres puissent avoir des conceptions contraires aux nôtres, et admettre que dans une société saine, tous les points de vue puissent s’exprimer en autant qu’ils n’appellent ni à la haine ni à la violence destructrice. Le respect de la différence suppose la reconnaissance du droit à l’égalité entre les êtres humains et de la liberté de chacun de choisir sa propre voie, sa propre interprétation des phénomènes qui nous entourent.

Les valeurs spécifiques au Droit Humain

L’Ordre Maçonnique Mixte International «Le Droit Humain», se distingue des autres ordres maçonniques par la réunion de trois spécificités :

  • la mixité
  • le caractère international
  • la continuité initiatique

Par la mixité, il proclame l’égalité de l’homme et de la femme, condition  incontournable de l’évolution de toute société de progrès et gage d’équilibre et de développement harmonieux pour les générations futures.

Par son caractère international, c’est à dire sans distinction de nationalités, d’ethnies, de religions, de cultures, les francs-maçons du «Droit Humain» sont unis dans un même idéal et ont pour finalité la recherche de points de convergence dans la pensée et l’action individuelle sous le signe de l’universalité.

La continuité initiatique assure les diverses étapes ou degrés du cheminement initiatique qui révèlent le niveau de connaissances maçonniques atteint par celui ou celle qui en est détenteur.

Liberté, Égalité, Fraternité

La devise de la franc-maçonnerie libérale «Liberté, égalité, fraternité» résume bien ses principes. L’individu doit être libre dans une société libre, égalitaire et solidaire. La franc-maçonnerie s’oppose aux dictatures et à toute forme de fanatisme, là s’arrête sa tolérance. Entre les individus, quelle que soit leur classe sociale, leur ethnie, leur sexe, leur orientation sexuelle, leur handicap, la franc-maçonnerie prône l’égalité des droits et des chances.

Ses membres s’opposent à tout parti raciste, sexiste ou autre.

La franc-maçonnerie considère que la solidarité entre les êtres humains est ce qui leur permet de mieux travailler et de trouver une solution aux divers problèmes individuels ou collectifs qu’ils peuvent rencontrer.

Dans un groupe maçonnique :

  • on ne fait aucune distinction sociale ou intellectuelle entre les individus;
  • on respecte la liberté de conscience de chacun;
  • on rassemble des gens très différents, ce qui est une façon de représenter la variété du monde et de permettre un apprentissage pratique de la tolérance;
  • on y rencontre des gens qu’on n’aurait pas connus dans son milieu familial ou professionnel;
  • on a la possibilité de s’enrichir au contact de ces personnalités diverses, réunies sur une base égalitaire et solidaire, tournées vers le même idéal.

Le désir de justice qui anime les membres de la franc-maçonnerie s’accompagne de la conviction que tout est perfectible: les être humains comme les sociétés et les lois qui les régissent. Il est du devoir de chacun de s’améliorer et de contribuer à l’amélioration de la société, en prenant des moyens concrets pour réaliser ce double idéal.

Bâtir son idéal

Si une personne choisit d’entrer dans la franc-maçonnerie, elle est prête à faire des efforts pour s’améliorer et pour être utile à son entourage et à la société.

L’art de bâtir demande autant la connaissance de ses matériaux et de ses outils que du terrain sur lequel on veut construire un édifice solide. Avant de construire quelque chose, il faut connaître ses véritables motivations, les aptitudes que l’on possède et le milieu sur lequel on veut agir. La franc-maçonnerie est humaniste, sa finalité est le bonheur, l’amour du genre humain et la reconnaissance universelle de la dignité de tout être, dans l’acceptation de sa différence :

Parcours maçonnique - Franc- maçonnerie Le Droit Humain - fédération canadienne

  • morale
  • sociale
  • ethnique
  • culturelle
  • spirituelle

Sur le plan politique, «Le Droit Humain» ne prend aucune position officielle. Ses membres sont entièrement libres de leur choix. Ne sont pas admis ceux qui prônent des idéologies intolérantes ou discriminatoires. Les francs-maçons cherchent, ils ne prétendent pas avoir trouvé toutes les réponses. La franc-maçonnerie n’est pas une fin en soi mais un moyen, sous le signe des valeurs suivantes:

  • tolérance
  • liberté,
  • égalité
  • fraternité

Le devoir du franc-maçon consiste à servir l’humanité de manière non égoïste, en excluant toute forme de profit personnel ou de promotion personnelle.

L’œuvre du « DROIT HUMAIN » n’est pas achevée, et tous les humains sont conviés à y participer.

Plus d’un siècle après sa naissance, la déclaration de ses membres fondateurs demeure toujours d’actualité : «La franc-maçonnerie mixte n’est pas un nouveau culte mais une philosophie humaine qui entend rester sur le terrain social humain. «Le Droit Humain» prône la paix entre les peuples de toute la terre, la liberté, l’égalité et la fraternité».